Questions importantes sur le chocolat et la rémunération des planteurs

En octobre 2019, nous sommes allés vérifier le cahier des charges du chocolat CQLP avec 3 sociétaires, encore merci à Mallorie, Charles et Alfred. 😊

Cette visite s’est très bien déroulée et nous avons pu vérifier de manière très transparente chaque élément voté tous ensemble et en apprendre plus quant à la plantation et à la production du cacao. Nous avons pu nous entretenir avec des planteurs et vérifier l’impact de la rémunération CQLP pour eux. Nous avons alors constaté que le montant total de la rémunération votée était réparti sur un nombre de producteurs trop important pour qu’ils puissent individuellement bénéficier d’un réel impact. 

En octobre 2019, nous sommes allés vérifier le cahier des charges du chocolat CQLP avec 3 sociétaires, encore merci à Mallorie, Charles et Alfred. 😊

Cette visite s’est très bien déroulée et nous avons pu vérifier de manière très transparente chaque élément voté tous ensemble et en apprendre plus quant à la plantation et à la production du cacao. Nous avons pu nous entretenir avec des planteurs et vérifier l’impact de la rémunération CQLP pour eux. Nous avons alors constaté que le montant total de la rémunération votée était réparti sur un nombre de producteurs trop important pour qu’ils puissent individuellement bénéficier d’un réel impact. 

Après un long travail avec notre partenaire Cémoi visant à améliorer ce soutien aux planteurs, nous allons pouvoir voter ensemble plusieurs améliorations possibles sur le cahier des charges du chocolat C’est qui le Patron ?! : le nombre d’agriculteurs, leur rémunération, et l’origine du beurre de cacao.

Résultats

Nous avons été 1 305 à voter sur ces 2 questions importantes pour la suite sur le chocolat, merci à tous ! 😊

La majorité l’emporte pour :

  • L’option 3 : Nous ajoutons le LID, et nous diminuons le nombre de producteurs impliqués dans la démarche afin d’avoir un impact plus important. Cela permet aussi de faire l’étape de « fermentation et séchage » dans des conditions + contrôlées. Les exigences étant + importantes, la rémunération sera + élevée. Rémunération des producteurs : 1959 €/t, dont 182 €/tonne répartis entre les 5 coopératives et les producteurs.
  • OUI nous allons continuer de travailler avec Cémoi pour suivre le traçage du beurre de cacao pour atteindre 100% de beurre de cacao origine Côte d’Ivoire d’ici décembre 2021.


Ces décisions vont permettre d’aider davantage les producteurs engagés dans la démarche qui vont pouvoir bénéficier d’un réel impact positif sur leur travail. Bravo pour cette décision solidaire !

Explications

Contexte Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire est le plus gros producteur de cacao au monde. Son fonctionnement, spécifique à ce pays, permet aux producteurs d’avoir un prix minimum payé toute l’année. Ce prix est décidé par le gouvernement. Lorsqu’on parle du prix d’achat des fèves de cacao, on peut parler de deux prix :  

Le prix « Bords Champs » qui est le prix payé aux agriculteurs. C’est un prix en Francs CFA.  

Ce prix est fixé par le gouvernement ivoirien. Jusqu’à cette année, le cacao était vendu à 750 F CFA le kilo (environ 1,14€). En 2020, le gouvernement ivoirien a augmenté ce prix de rémunération, en ajoutant le « Différentiel de revenu vital » ou « LID ».  

Le prix « Achat de fèves » qui est le prix d’achat des fèves au marché Londonien ou New Yorkais.

Ce prix est + élevé que le prix « Bords Champs » car il y a le coût des intermédiaires, et la marge des Traders. Il est en Dollars.  (plus de détails en bas de page).

Fonctionnement de la rémunération de la démarche C’est qui le Patron ?! 

En 2018 nous avons voté tous ensemble pour des fèves de cacao fermentées et séchées chez le producteur. Malheureusement cette option implique de travailler avec un grand nombre de coopératives, et donc un grand nombre de producteurs (20 coopératives potentielles pour fournir du cacao CQLP et 20 000 producteurs environ). L’objectif de soutenir les producteurs n’est pas encore atteint, et cela a été constaté par les sociétaires lors de leur visite en octobre 2019. 

Nous avions décidé tous ensemble que les agriculteurs soient rémunérés à 1525 €/tonne. En pratique, les agriculteurs sont payés prix « bord champ » toute l’année. En fin d’année, le bilan est fait pour déterminer les producteurs ayant participé à la démarche et ainsi leur reverser le montant complémentaire permettant d’atteindre les 1525 €/t votés tous ensemble. Malheureusement, en 2019 et 2020, ce complément (entre le prix bords champs et 1525 €/tonne) a été reversé aux coopératives, car cela était trop dilué pour le verser aux producteurs. Les producteurs de cacao participent au programme Transparence Cacao. Ce programme intègre la qualité et le respect de l’environnement dans le sourcing cacao. Depuis 2018, nous sommes sur le niveau 1.

Pour 2021, Cémoi propose d’utiliser une filière plus exigeante, et d’utiliser leur programme au niveau « 2 ». Les fèves subiraient alors leur première transformation en centre de fermentation et de séchage plutôt que chez le producteur. Cela représenterait 5 coopératives au maximum.  

Changement de réglementation - rémunération des agriculteurs

Le Ghana et la Côte d’Ivoire, les deux principaux producteurs de cacao, se sont mis d’accord pour mettre en place le « Différentiel de revenu vital » ou « LID ». Depuis octobre 2020, tous les acheteurs de cacao doivent payer une prime supplémentaire de 250 Francs CFA /kg (environ 0,380€/kg). 

C’est-à-dire que l’ensemble des producteurs sont désormais rémunérés en ajoutant le LID au cours du marché soit 1000 Francs CFA au total (environ 1525 €/tonne). Or, C’est qui le Patron ?! rémunère déjà à hauteur de 1000 Francs CFA /kg fèves de cacao (1525€/t), « bords champs ».  

La mise en place du LID par l’état ivoirien nous amène donc à rémunérer au niveau d’un cahier des charges basique des planteurs qui s’engagent dans un cahier des charges plus exigeant avec CQLP ?!. Nous vous proposons donc de revoir cette rémunération CQLP à la hausse pour les planteurs.

3 options possibles pour la rémunération des planteurs :

  • Option 1 : Nous ne changeons rien à la rémunération des agriculteurs. Rémunération des producteurs : 1525 €/tonne dont 153 €/tonne répartis entre les 20 coopératives et les producteurs.
  • Option 2 : Nous ajoutons la prime LID au prix C’est qui le Patron ?! pour continuer à valoriser le cahier des charges exigeants de CQLP. Rémunération des producteurs : 1875 €/tonne dont 153 €/tonne répartis entre les 20 coopératives et les producteurs.
    Impact sur le prix estimé du chocolat en rayon :
    • Pâtissier : 1,71 € à 1,82€
    • Dégustation : 1,08€ à 1,17€
    • Chocolat au lait : 1,07 € à 1,12 €
  • Option 3 : Nous ajoutons le LID, et nous diminuons le nombre de producteurs impliqués dans la démarche afin d’avoir un impact plus important. Cela permet aussi de faire l’étape de « fermentation et séchage » dans des conditions + contrôlées. Les exigences étant + importantes, la rémunération sera + élevée. Rémunération des producteurs sera de 1959 €/t, dont 182 €/tonne qui seront répartis entre les 5 coopératives et les producteurs.
    Impact sur le prix estimé du chocolat en rayon :
    • Pâtissier : 1,71 € à 1,86€
    • Dégustation : 1,08€ à 1,19€
    • Chocolat au lait : 1,07 € à 1,13 €

Explications pour l'origine du beurre de cacao

Dans les tablettes de chocolat, on trouve le cacao sous 3 formes différentes : la pâte de cacao, le beurre de cacao, et la poudre de cacao. Le goût est amené par la pâte de cacao et la poudre de cacao, le beurre lui, apporte l’onctuosité. Lorsqu’on voit le nom d’un pays, ou l’origine des fèves de cacao sur une tablette, cela concerne la pâte de cacao et la poudre de cacao. Légalement, et structurellement, aucun fournisseur de cacao ne garantit l’origine du beurre de cacao dans les tablettes. Comme il n’a pas de goût, la valeur du cacao n’est pas là, et les industriels n’ont pas mis en place de filières spécifiques.

Quand nous avons voté l’origine Côte d’Ivoire en 2018, cela concernait la pâte de cacao et la poudre de cacao. En ce qui concerne le beurre de cacao, nous avons réussi à garantir l’origine Côte d’Ivoire pour 50% du beurre de cacao dans le chocolat C’est qui le Patron ?!. Cette exigence (qui doit tendre vers 100%) est une exigence supplémentaire aux autres chocolats. Cémoi a modifié ses méthodes de production pour réussir à augmenter le % de beurre de cacao d’origine tracée.

La question était donc la suivante 👇

On continue de travailler avec Cémoi pour atteindre 100% de beurre de cacao origine Côte d’Ivoire d’ici décembre 2021 ?

(Cela nécessite une organisation différente dans l’usine, où le beurre de cacao origine Côte d’Ivoire devra être isolé, puis utilisé prioritairement pour le chocolat CQLP. C’est un peu plus couteux pour l’usine.)

Quelques infos supplémentaires

 

Détails sur le prix “Achats de Fèves” : Ce prix dépend du cours du marché. Il peut beaucoup varier. Il était environ de 2 $/kg (environ 1,6€/kg) il y a 3 ans, au moment de la création du questionnaire C’est qui le Patron ?!. Il est aujourd’hui de 2,5 $/kg.

Cours du cacao à la bourse de New York et en « bords champs » (https://www.boursorama.com/bourse/matieres-premieres/cours/_CJ/)

Articles sur le prix en Côte d’Ivoire :