Quelle suite pour le beurre bio ?

Notre partenaire industriel, la coopérative Sodiaal, nous alerte sur un élément inédit, le caractère non durable et plus soutenable du beurre bio sur les bases sur lesquelles nous l’avions construit ensemble à l’origine. 😟

Notre partenaire industriel, la coopérative Sodiaal, nous alerte sur un élément inédit, le caractère non durable et plus soutenable du beurre bio sur les bases sur lesquelles nous l’avions construit ensemble à l’origine. 😟

Rappel des faits

Lorsque nous avons travaillé avec Sodiaal le questionnaire qui nous a permis de voter tous ensemble pour un beurre bio qui aide bio de demain, des hypothèses de valorisation du lait avaient été faites par Sodiaal. Or ces hypothèses se sont avérées non atteignables à l’usage et suite à l’évolution des marchés laitiers. Cela remet fortement en cause le caractère durable du beurre bio du côté du fabricant.

Concrètement

Les producteurs de lait bio qui fournissent le lait qui servira à la préparation du beurre bio sont rémunérés au prix actuel du bio (prix applicable au sein de Sodiaal depuis le 1er janvier 2019) : 0,466€ / L. Dans le questionnaire nous avions prévu il y a 2 ans une rémunération à 0,450€ / L. Aujourd’hui Sodiaal surpaye donc 0,016€/L par rapport à notre prix prévu afin de ne pas pénaliser les éleveurs qui fournissent du lait bio pour le beurre « C’est qui le Patron ?! ».

Les producteurs de lait en conversion bio, perçoivent eux, bel et bien l’aide à la conversion bio que nous avons décidé d’accorder collectivement.

Cependant, la coopérative, qui est le partenaire industriel, n’arrive pas à couvrir ses frais de fonctionnement. Pourquoi ? Dans le cadre de la production de beurre, le métier de Sodiaal est : aller chercher le lait chez les producteurs de lait, l’amener dans ses usines où le lait va être écrémé. Reste donc d’un côté la crème et de l’autre le lait écrémé. La crème va servir à produire le beurre et le lait écrémé est séché et transformé en poudre de lait. Or Sodiaal pensait au début du projet du beurre bio CQLP pouvoir valoriser (c’est-à-dire la revendre) la poudre de lait bio restante à 3300€ / tonne. La réalité aujourd’hui est toute autre puisqu’elle est valorisée à 1900€/tonne. Cet écart cause un déséquilibre significatif dans l’équilibre des charges et revenus sur le beurre bio CQLP, et mène à une perte nette côté Sodiaal (nous parlons bien uniquement du beurre bio CQLP).

Nous vous avons donc posé une question simple :

« acceptons-nous d’augmenter le prix de vente conseillé voté du beurre bio ou pas ? »

2 options possibles :

  • OUI 👉 le prix de vente conseillé voté passe de 2,20 € à 2,94 €, Sodiaal peut continuer à produire le beurre. Nous anticipons une baisse des ventes au global mais pas d’arrêt de la commercialisation.
  • NON 👉 le prix de vente conseillé voté ne change pas, Sodiaal ne peut plus continuer à produire le beurre. L’arrêt du beurre bio est donc acté. Nous n’avons pas d’autre partenaire potentiel pour prendre le relais, notamment car il y a une forte demande de lait bio et qu’aucune autre structure ne pourrait répondre à nos besoins.

Résultats

Nous avons été 2 354 à voter pour la suite à donner au beurre bio. C’est l’une des questions qui a le plus mobilisé au sein de notre coopérative, un très grand merci pour votre implication sur ce sujet pas évident. 😊

C’est donc le oui qui l’emporte très nettement (88 % vs 12 %). Ce vote est inédit dans le monde agroalimentaire ! C’est la première fois que le sort d’un produit est mis entre les mains des consommateurs ! 😊

Au vu des messages que nous recevons, c’est la volonté de ne pas pénaliser et de continuer de soutenir les producteurs qui a fait pencher la balance (1 000 producteurs en tout entre les bio et ceux en conversion soutenus par les 15 cts / plaquette).