Les pommes de terre des consommateurs

4206 Consom'acteurs
Date de cloture : Décembre 2019

Validez le cahier des charges et le prix ci-dessous

Origine des pommes de terre

La majorité des pommes de terre consommées en France est produite sur le territoire. Néanmoins, la production française de pommes de terre peut varier fortement d’une année sur l’autre. Lorsque la production nationale est faible, certains grossistes importent des pommes de terre étrangères (origine UE ou Israël par exemple). C’est pourquoi l’origine France n’est pas garantie sur certains sachets

Type de culture

  • L’agriculture conventionnelle se limite à respecter la réglementation du pays où elle est réalisée.
  • L’agriculture raisonnée prend en plus en compte son environnement et met en œuvre des techniques plus adaptées à la production. Les producteurs devront avoir obtenu la certification environnementale de niveau 2.
  • L’agriculture biologique exclut l’usage de tous les pesticides et engrais chimiques de synthèse. En fonction des conditions climatiques, il peut y avoir un risque de rupture pour les pommes de terre biologiques françaises.

La “rotation”

La culture de pommes de terre a une forte productivité mais elle est exigeante pour l’environnement. Les étapes principales sont :

1) Le labour.

2) La plantation.

3) La formation de buttes de terre au-dessus des jeunes pousses. Grâce à ces buttes, les pommes de terre restent enterrées bien profondément à l’abri de la lumière. Cela favorise leur développement et leur évite de verdir.

4) Le défanage, qui consiste à retirer les fanes (les tiges et les feuilles) de la pomme de terre un peu avant la récolte. Ainsi, les pommes de terre sont protégées des maladies et se conserveront mieux ultérieurement. Cela facilite aussi la récolte. Un produit est appliqué pour dessécher les fanes qui sont ensuite arrachées. Cette étape est quasiment indispensable. Le produit appliqué variera en fonction du mode de culture choisi (bio, raisonné…).

5) La récolte par “tamisage”. Cela consiste à racler le sol sur environ 30-50 cm de profondeur puis à le faire passer au travers de grilles permettant de séparer les pommes de terre de la terre, ce qui a un impact fort sur la vie du sol.

Il est préconisé de laisser le champ se “reposer” après une culture de pommes de terre en y plantant des espèces moins exigeantes (céréales, protéagineuses…) : on parle de rotation. Plus la rotation est longue, plus la prochaine culture de pommes de terre sera robuste et moins elle nécessitera de pesticides, d’engrais, etc. Une rotation (ou assolement) de 3 à 4 ans (nombre d’années entre deux cultures de pommes de terre dans le même champs) correspond au minimum généralement recommandé. Une rotation plus longue garantit donc des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

Rémunération du producteur

Le prix des pommes de terre dans les rayons dépend directement du cours du marché : cela explique pourquoi leur prix varie autant ! Choisir une rémunération garantie pour le producteur, c’est donc aussi limiter la variation de prix des pommes de terre en rayon pour nous, consommateurs !

Alignement sur le cours du marché : le prix de la pomme de terre est très variable. Il peut descendre si bas que le producteur ne peut plus payer ses charges, même sans se rémunérer.

Rémunération qui permet au producteur de ne pas perdre d’argent : la rémunération fixée permet de couvrir les charges liées à l’exploitation mais ne permet pas au producteur de dégager de salaire (ou alors un salaire extrêmement faible).

Rémunération garantie qui permet au producteur d’être rémunéré à un prix juste : un contrat d’une durée de 3 ans est passé entre le producteur et le fabriquant garantissant un prix juste, en toute transparence avec le producteur.

Rémunération garantie qui permet au producteur d’être rémunéré au juste prix et investir / profiter de temps libre : un montant supplémentaire permet au producteur d’investir (donc de progresser sur ses pratiques et de pérenniser son exploitation) ou de pouvoir être remplacé lorsqu’il a besoin de s’absenter.

Stockage

Les pommes de terre sont récoltées d’août à octobre et peuvent se conserver plusieurs mois dans de bonnes conditions. Néanmoins, à partir d’une certaine durée de stockage, la pomme de terre germe (elle commence à “pousser” pour donner naissance à une nouvelle plante) : on parle de germination. Cela se manifeste par la sortie de tiges vertes, un ramollissement de la pomme de terre ainsi que la perte de certaines qualités nutritionnelles et gustatives. Il est possible de bloquer la germination grâce à un traitement anti-germinatif.

Sans importance (traitements anti-germinatifs d’origine chimique autorisés) : un traitement anti-germinatif d’origine chimique (1,4 dimethylnaphtalène ou chlorprophame) peut être appliqué directement sur la pomme de terre après la récolte pour allonger la période de stockage de plusieurs mois. L’autorisation européenne de l’utilisation du chlorprophame, qui était jusqu’à présent le traitement anti-germinatif le plus couramment utilisé, sera complètement suspendue à partir d’octobre 2020.

Uniquement huile essentielle de menthe et éthylène (autorisés en agriculture biologique) : certains traitements anti-germinatifs sont autorisés en agriculture biologique et donnent les mêmes résultats. Il s’agit de l’huile essentielle de menthe ou de l’éthylène. Dans la nature, l’éthylène est un gaz naturellement produit par certaines plantes et certains fruits mûrs (comme la pomme). Pour conserver les pommes de terre, l’éthylène est produit à partir d’alcool et injecté dans l’air des hangars de stockage à hauteur de 0,001 %.

Sans aucun traitement anti-germinatif 8 mois par an, puis uniquement huile essentielle de menthe et éthylène 4 mois par an : Sans aucun traitement anti-germinatif, les pommes de terre ne peuvent se conserver que 8 mois environ. Pendant le reste de l’année, la rupture sera évitée en utilisant des pommes de terre sur lesquelles l’utilisation d’huile essentielle de menthe et d’éthylène est autorisée. Dans tous les cas, les pommes de terre germées sont écartées à destination de l’alimentation animale.

Aspects des pommes de terre

Les pommes de terre trop biscornues ou présentant des “défauts d’aspect” sont habituellement écartées et utilisées dans l’industrie ou en alimentation animale. Le producteur est alors moins bien rémunéré. Il existe deux catégories de pommes de terre autorisées à la vente en supermarché :

La catégorie 1 correspond aux pommes de terre les plus régulières, avec très peu de défauts d’aspect (peau bien lisse, sans taches…). Ce sont les pommes de terre que l’on trouve le plus couramment dans le commerce.

La catégorie 2 autorise des pommes de terre plus biscornues (sans pour autant laisser celles qui le sont trop). Elles sont tout aussi saines, bonnes et se conservent aussi longtemps. En tolérant ces pommes de terre nous participons à limiter le gaspillage et à améliorer les revenus des producteurs. Néanmoins certaines nous demanderons peut-être un peu plus d’agilité lors de l’épluchage 😊

Lavage des pommes de terre

La plupart du temps, les pommes de terre sont lavées pour des questions “esthétiques” dans les rayons. Néanmoins, il est possible de vendre des pommes de terre qui ont seulement été brossées.

Elle se conserveront un peu plus longtemps, ce qui est particulièrement adapté pour les gros conditionnements (sac de 5 kg par exemple), qui sont destinés à être stockés et qui sont trop volumineux pour être rangés au réfrigérateur. Les pommes de terre brossées seront peut-être un peu moins “pratiques” à utiliser (puisqu’elles sont recouvertes d’un peu de terre).

La plupart du temps à la maison, de l’eau sera utilisée pour les nettoyer avant et/ou après épluchage, selon les habitudes de chacun. Chez le conditionneur, le fait d’utiliser de grandes quantités de pommes de terre permet de consommer en moyenne moins d’eau que le nettoyage domestique (le processus est + optimisé).

Poids du sachet

À titre d’information, le poids le plus courant d’un sac de pommes de terre est 2,5 kg mais c’est avant tout une affaire de goût personnel !

Conditionnement

Le filet est le conditionnement le plus classique pour des pommes de terre mais il n’est pas recyclable. Le sac en papier avec une petite fenêtre recouverte d’un filet en coton est, quant à lui, recyclable.

Le rayon fruits et légumes en vrac des distributeurs est un rayon qui ne permet pas beaucoup d’explications sur les produits mis en vente. L’usage est donc de ne pas proposer en vrac des produits avec des cahiers des charges spécifiques (seules la variété et l’origine sont généralement données). Ces produits spécifiques (bio, label rouge etc.) sont systématiquement emballés. Il en sera, pour l’instant, de même pour les pommes de terre C’est qui le Patron ?! qui ont un cahier des charges spécifique. Cet emballage permet ainsi de garantir la traçabilité en évitant que les pommes de terre C’est qui le Patron ?! ne soient mélangées avec les autres pommes de terre du rayon.

Nous avons bien conscience que le sujet de l’emballage est très important, c’est pourquoi nous réfléchissons avec toutes les parties prenantes à une solution vrac qui permettrait de supprimer les emballages tout en garantissant la traçabilité totale.