Le poulet des consommateurs !

14040 Consom'acteurs
Date de cloture : Juillet 2019

Validez le cahier des charges et le prix ci-dessous

QUELQUES INFOS SUR LE QUESTIONNAIRE

ORIGINE DES POULETS

La mention « sans importance » peut traduire une provenance autre que Europe. Le prix du poulet étant variable dans le temps et selon l’origine, l’industriel achètera le poulet au prix qui lui convient et ne garantira pas forcément une origine au consommateur.

En choisissant Europe ou France, les poulets seront nés, élevés et abattus en Europe ou en France. La traçabilité est garantie.

DURÉE MINIMUM DE L’ÉLEVAGE

La durée de croissance du poulet a une influence sur le poids du poulet et la qualité de la viande. Plus la croissance est lente, meilleure sera la viande.

Il existe différentes espèces qui ont été sélectionnées par l’Homme (issues de différents croisements) pour pouvoir répondre aux besoins de production plus grands.

Aujourd’hui, on trouve des espèces capables d’atteindre un poids suffisant dans des délais variant de 32 à plus de 100 jours.

Les espèces à croissance rapide ou intermédiaire ne sortent jamais en extérieur car elles sont trop fragiles. Au contraire, les espèces à croissance lente sont toujours élevées avec la possibilité de sortir en extérieur.

PRATIQUE D’ÉLEVAGE

Les poulets ont besoin d’avoir un abri que ce soit pour dormir en toute sécurité ou s’abriter quand ils en ont besoin (intempéries, etc.). Un bâtiment est donc toujours nécessaire. Deux grands types d’élevage existent : en bâtiment uniquement (standard) ou avec un accès à l’extérieur (plein air, liberté, totale liberté ou en agriculture biologique).

Élevage standard. Les poulets restent toute leur vie enfermés dans un bâtiment, sans jamais voir la lumière naturelle. Il n’y a pas de limite de taille des bâtiments (supérieur à 1 000).

Élevage standard avec un espace supplémentaire en lumière naturelle (appelé aussi « jardin d’hiver »). L’espace supplémentaire est non chauffé et le sol est souvent bétonné.

Élevage en plein air. Les bâtiments ont une surface de 400 m² max. L’espace extérieur est entièrement clos. Les poulets sortent le jour.

Élevage en liberté. Même critère de bâtiment que l’élevage en plein air mais l’espace extérieur n’est pas entièrement clos. Les poulets sortent le jour.

Élevage en totale liberté. Les poulets sortent le jour, ils évoluent alors en totale liberté à l’extérieur, il n’y a aucune barrière. Sur ce mode d’élevage, les bâtiments sont des cabanes traditionnelles de 60 m². L’éleveur déplace les cabanes, et ainsi la zone d’élevage, régulièrement pour permettre à la nature autour de se régénérer. Ce mode d’élevage est plus coûteux car l’éleveur a beaucoup plus de travail manuel que sur les modes d’élevage précédents (pas d’électricité dans le bâtiment et donc pas d’automatisation des tâches quotidiennes).

Élevage bio. Les bâtiments ont une surface de 480 m². Les poulets sortent le jour. Il y a en plus des garanties sur l’alimentation pour qu’elle soit issue d’agriculture biologique.

RÉMUNÉRATION DES ÉLEVEURS

Alignement sur le cours du marché : le prix du poulet est basé sur le prix de son alimentation (blé ou maïs, éléments principaux de l’alimentation des poulets), il est très variable. Il peut descendre si bas que l’éleveur ne peut plus payer ses charges même sans se rémunérer.

Rémunération qui permet à l’éleveur de ne pas perdre d’argent : la rémunération fixée couvre les charges liées à l’exploitation mais ne permet pas de dégager un salaire ou alors extrêmement faible.

Rémunération garantie qui permet à l’éleveur d’être payé au juste prix : un contrat d’une durée de 3 ans est passé entre l’éleveur et le fabricant, garantissant un prix en toute transparence avec l’éleveur et estimé être un prix juste.

Rémunération garantie qui permet à l’éleveur d’être payé au juste prix et investir/profiter de temps libre : avoir un montant supplémentaire permet à l’éleveur d’investir sur son exploitation ou bien de pouvoir être remplacé lorsqu’il a besoin de s’absenter (il y a besoin d’une présence sur l’exploitation toute l’année).

ALIMENTATION

Lors du questionnaire pour la création des œufs du consommateur, vous avez déjà choisi des critères pour l’alimentation des poules pondeuses. Nous avons repris ces critères, pour vous les proposer pour le poulet du consommateur.

Quelques définitions

L’alimentation des poulets est composée de céréales (blé, maïs) et d’une source de protéines (soja, tournesol luzerne, etc.).

Les OGM Organisme Génétiquement Modifiés) sont des organismes vivants dont le patrimoine génétique a été modifié par l’intervention humaine. La France interdit la culture des OGM sur son territoire, depuis 2008, mais des aliments OGM peuvent tout de même être importés en France. Les OGM d’import sont interdits en agriculture biologique.

Les oméga-3 sont des acides gras connus pour leurs effets anti-inflammatoires. Notre alimentation occidentale apporte en moyenne peu d’oméga-3, et trop d’oméga-6 (pro-inflammatoire) par rapport à nos besoins. Le maïs contient beaucoup d’oméga-6. L’apport de graines de lin est un élément favorisant la présence d’oméga-3 dans la viande. L’augmentation de la teneur en oméga-3 dans l’alimentation du poulet améliore aussi sa santé.

Il est possible d’ajouter des colorants dans l’alimentation des poulets, cela permet d’avoir des poulets + colorés, + jaunes. Ils peuvent être de synthèse ou naturels.

La certification Bleu-Blanc-Cœur garantit que les moyens mis en place ont pour résultats une viande avec beaucoup plus d’oméga-3.

Quand on garantit une alimentation des poulets composée à 65 % de céréales, c’est à partir du 28ème jour.

L’alimentation bio est garantie sans OGM mais elle n’impose pas de minimum de céréales, ou de présence de graines de lin.

D’autres compléments peuvent être ajoutés mais dans le cadre de produits « C’est qui le Patron ?! », l’huile de palme (ses dérivés) est interdite. La farine animale dans l’alimentation des animaux est interdite par la législation française (Article du 14 novembre 2000).

ALIMENTATION : QUANTITÉ DE SOJA 

L’alimentation des poulets est composée de céréales (blé, maïs) et d’une source de protéines (soja, tournesol, luzerne, etc.).

Le soja est une source de protéine indispensable à l’alimentation des poulets, bien souvent importée car il y a trop peu de production française. Quand il vient de pays comme le Brésil ou l’Inde, les conditions d’utilisation d’engrais et pesticides sont moins strictes.

S’il est facile de garantir une origine française pour les céréales, il est compliqué de garantir une telle origine pour le soja (la production de soja pour l’alimentation animale est très faible en France).

TRAITEMENTS MÉDICAMENTEUX

Le poulet peut recevoir des traitements médicamenteux pour prévenir une maladie (traitements préventifs), ou pour soigner une maladie (traitements curatifs).

La coccidiose est une bactérie présente dans les intestins, très répandue chez les poulets. C’est la seule maladie qui est traitée en préventif. L’éleveur va devoir limiter sa présence sur l’élevage, par une hygiène rigoureuse de l’élevage et par des traitements.

Les méthodes préventives sont les suivantes :

Anticoccidiens de synthèse (dans l’alimentation). Ils sont aussi considérés comme des facteurs de croissance, voire comme antibiotiques aux États-Unis. Ces anticoccidiens peuvent être administrés tout ou partie de leur vie.

Vaccins. Ils sont administrés à 1 jour et sont efficaces contre certains types de coccidioses. Le coût est élevé.

Anticoccidiens naturels (dans l’alimentation) : ils sont très rares actuellement. C’est de la phytothérapie. Leur utilisation n’est pas validée pour l’élevage.

Sans aucun traitement préventif : il est possible de ne pas faire de traitement préventif contre les coccidies mais cela représente un grand risque pour la santé des poulets et la pérennité de l’élevage.

TRANSPORT DES POULETS

Deux critères peuvent jouer sur le bien-être des poulets avant leur arrivée à l’usine. La distance de transport et l’attente dans les camions. Lors de leur arrivée à l’usine, les poulets peuvent attendre dans les camions ou bien dans une zone d’attente dédiée. Une longue attente dans le camion a une incidence sur leur bien-être.

TYPE D’EMBALLAGE

L’emballage du poulet est toujours composé d’un film plastique et d’une barquette.

La barquette peut être en plastique ou en carton. La barquette en carton est recyclable.

Le film plastique peut être un simple film étirable, ou cela peut être un plastique solide qui permet de mettre le poulet sous une atmosphère modifiée, ce qui augmente son temps de conservation mais modifie un peu son aspect visuel en rayon.