LA FRANCE AGRICOLE – Mission sauvetage pour le beurre bio “C’est qui le Patron ?!”

« Les sociétaires de « La marque du consommateur » ont voté une hausse du prix de la plaquette de beurre bio, doux et demi-sel, de 2,20 à 2,94 € afin de pérenniser la production.

C’est qui le patron ? ! — La marque du consommateur (c)
23/07/2019

Un vote inédit dans le monde de l’agroalimentaire. La semaine dernière, plus de 2 300 consommateurs se sont exprimés sur le sort du beurre bio “C’est qui le patron ? !” (CQLP) et ont largement opté, à 88 %, pour une augmentation du prix de vente conseillé de 70 centimes par plaquette de 250 grammes à compter du mois d’octobre. « Ce chiffre est étonnant mais rassurant car c’est un réel revirement au nom du soutien des producteurs ! », explique Nicolas Chabanne, créateur de la marque.

Beurre bio leader

Le beurre bio de la marque a dépassé les 10 millions de plaquettes vendues depuis son lancement en septembre 2017. « Avec 20 % de parts de marché sur le beurre bio, le produit est le plus vendu de sa catégorie », rapporte Nicolas Chabanne.

Assurant une « juste rémunération » des producteurs, à 466 €/1 000 litres teneurs réelles, et 15 centimes d’aide à la conversion bio par plaquette vendue, soit déjà plus d’un million d’euros versé auprès de 508 exploitations, « le produit a pour vocation de protéger les producteurs et de préparer le bio de demain », rappelle le dirigeant de la coopérative CQLP.

Manque de rentabilité

Avec un prix du beurre bio passé de 450 à 466 €/1 000 litres en moins de deux ans et une valorisation décevante de la poudre de lait écrémé, bien en dessous des 3 300 € la tonne espérés, la coopérative laitière partenaire de la marque, Sodiaal, ne parvient plus à couvrir ses frais de fonctionnement. « Les fluctuations du marché ont remis en question les décisions prises au lancement, reconnaît Nicolas Chabanne. Le produit est devenu pénalisant pour la coopérative et pour l’ensemble de ses sociétaires, bio et conventionnels ». Le comble pour un produit équitable : l’ultimatum était lancé.

« On s’en remet à la volonté collective »

« Au vu des données dont on dispose aujourd’hui, il apparaît que 2,94 €/plaquette est le prix, juste et durable, auquel aurait dû être proposé le beurre dès le début », reconnaît le dirigeant.

La marque anticipe une baisse des ventes mais reste optimiste. « Je pense intimement que les consommateurs, sociétaires CQLP ou non, vont continuer d’adhérer à la logique du produit, conclut Nicolas Chabanne. Le nouveau prix ne décroche pas des autres beurres bio et cette hausse représente seulement 8 € par an à raison de 11 plaquettes consommées sur une année. »

L’avenir du beurre bio CQLP repose désormais sur les épaules des “Consom’acteurs”. Verdict en fin d’année ! »

A. Courty

Article Original