FRANCE 3 (Nouvelle Aquitaine) – Deux-Sèvres : la minoterie Bellot associée à la marque de commerce équitable « C’est qui le Patron ?! »

« La marque de commerce équitable “C’est qui le Patron ?!” est aujourd’hui présente dans de nombreux supermarchés de France. Elle propose désormais une farine produite dans les Deux-Sèvres par la minoterie Bellot qui a décidé de s’associer avec la coopérative de consommateurs.

18/03/2019

1 000 tonnes de farine produite au juste prix par les minoteries Bellot installées près de Saint-Maixent-l’École dans les Deux-Sèvres vont être commercialisées en permettant de rémunérer les producteurs de façon correcte et sur la vraie valeur du produit. Les prix de vente sont fixés par les adhérents de “C’est qui le Patron ?!” en cherchant le compromis entre les intérêts des consommateurs et des producteurs.

Ce que l’on ne veut plus, nous consommateurs, c’est que notre argent serve à alimenter un système où à l’autre bout, il y a peut-être un petit producteur qui ne vit pas de son métier. Là nous sommes certains, on a repris le volant”, explique Nicolas Chabanne, créateur de la marque “C’est qui le Patron ?!”.

La marque a été lancée en novembre 2016 avec comme objectif de vendre 10 millions de produits à travers toute la France, aujourd’hui elle en commercialise 100 millions.

“C’est la preuve que le bon sens collectif a sans doute un avenir“, se réjouit Nicolas Chabanne.

Dans les Deux-Sèvres, la minoterie Bellot a décidé en 2017 de s’associer à cette démarche de production au juste prix et de commerce équitable. Les agriculteurs qui travaillent avec elle pour produire cette farine sans additif et complète ont l’assurance de bénéficier d’un prix minimum garanti pendant plusieurs années, échappant ainsi aux fluctuations parfois importantes du marché. En échange, ils doivent respecter un cahier des charges strict en fournissant un blé issu de l’agriculture raisonnée, garanti sans OGM. Un marché gagnant/gagnant entre consommateurs et producteurs qui vise à assurer la garantie d’un produit sain, vendu au juste prix. »

Plus d’informations avec le reportage d’Anne-Marie Baillargé, José Sousa et Bénédicte Biraud :

CHRISTINE HINCKEL

Article original