DIJON L’HEBDO – Les brèves de Jeanne Vernay

03/07/2019

« Chiner dans le sillage d’Emmaüs

Les compagnons d’Emmaüs du centre de Norges-la-Ville créent l’événement en ce début d’été avec leur nouveau point d’exposition-vente : le public – toujours fidèle et j’en fais partie – a tout loisir d’admirer les créations de mobilier réalisées par les membres de l’atelier Emmaüs UP. La finalité de cette réalisation est multiple : valoriser les matériaux, donner aux meubles une seconde vie grâce aux techniques ainsi qu’au savoir-faire de l’équipe – ce qui est tout-à-fait en harmonie avec l’émergence d’une consommation alternative et va à l’encontre du gaspillage. Enfin la fierté du travail accompli et la reconnaissance de la valeur professionnelle des compagnons grâce à nos achats ne peuvent qu’aller dans le sens d’une dignité retrouvée.

Parc des Argentières : « Que d’eau ! »

Bravo pour l’initiative conjointe prise dans le cadre du dispositif de démocratie participative instauré par la ville de Dijon : le Parc des Argentières, situé dans le quartier de l’université, est désormais doté d’une nouvelle cabane en bois avec récupérateurs d’eau dans ce lieu à vocation philanthropique, puisqu’il s’agit d’un espace vert partagé ! Les membres de la commission de ce quartier avaient souhaité remplacer l’ancienne cabane très vétuste pour permettre d’améliorer tant le quotidien des riverains-jardiniers des Argentières – ils peuvent y ranger leurs outils – que celui des promeneurs. La cabane est équipée d’un auvent en bois ; et ses parois latérales sont des récupérateurs d’eau. C’est astucieux et novateur. Les habitants-jardiniers ont travaillé en collaboration avec les services techniques de la ville pour aboutir à cette réalisation. Ces temps de canicule permettent de mieux apprécier encore la pertinence d’une cabane, dont les concepteurs ne sont pas nés de la dernière pluie !

Je bois du P’tit lait…

S’il y a un truc de marketing qui m’amuse toujours, c’est la bouteille de lait vendue à Monoprix ou les compotes de pommes de Carrefour qui vous interpellent depuis leur rayon respectif avec un « C’est qui le patron ?» Figurez-vous que le Conseil départemental a récemment organisé un « Forum Futurs 21 : Le consommateur acteur du territoire ». Or, et c’est là une excellente idée, les élus avaient convié Nicolas Chabanne, le fondateur de la coopérative qui s’appelle bien évidemment « C’est qui le patron ? » La salle – principalement des entrepreneurs intéressés par la démarche – a eu tout loisir d’échanger idées et projets sous la houlette de deux partenaires du forum , « le Cercle Entrepreneurs Territoires » et le cabinet Deloitte Développement Durable. Le but du Conseil départemental, c’est de faire de la Côte-d’Or un laboratoire à ciel ouvert. Il faut dire qu’avec le label « C’est qui le patron ? », ce sont 100 millions de briques ou bouteilles de lait vendus par la coopérative de Nicolas Chabanne depuis 2016. » 

Jeanne PIERRE

Article Original et complet